La photographie que je pratique n'obéit à aucune école, à aucun raisonnement, à aucune volonté.

 

C'est l'instant de beauté qui me submerge et me fait déclencher l'appareil.

 

Pour moi photographier c'est pratiquer l'art du regard... C'est entrer dans la dimension poétique du monde. Je n'interprète pas la réalité ; je ne compose pas de scène ; je saisi l'instant et je ne retouche pas les photos.

 

Je suis captivé, frappé par un espace, une lumière, une composition qui s'offre à moi. J'essaie seulement de traduire l'émotion qui me traverse, la beauté qui m'assaille et de vous la faire partager en vous restituant l'image perçue.

 

En somme, je pense que l’oeil regarde, mais que seul le coeur voit !

 

En cela je rejoins André Kertész qui disait “Je ne regarde pas, je vois. Ce sont deux choses différentes. Je ne sors pas pour photographier. J’ai toujours mon appareil avec moi et je m’arrête pour photographier des choses qui me captivent. Souvent, je ne prends même pas une photo.” (André Kertész, photographe de 1912 à 1984).